Making extravagance ordinary

Today, when the visual side is prioritized over any other possible criteria (thank you Instagram and Pinterest!), designers are preoccupied with creating objects capable of generating the digital buzz. XXL logos, abundance of sequins, embroideries, asymmetrical silhouettes… The object must capture attention in order to deserve a place in our wardrobes and our feed. One would be inclined to believe we have arrived to the epoch when a dramatic Gucci dress can be worn just as nonchalantly as a plain white T-Shirt. The question is, has the ‘extravagant’ really become banal?

Caroline Issa. Source: Vidapress

By definition, extravagance is the complete opposite of what we are used to seeing everyday; it is linked with the bravest fantasies and dreams. In ‘ancient times’, wearing simple jeans with Manolo Blahnik pumps in fuchsia would have seemed the most excessive and incongruous idea. These were the times when women saved their precious stones for special occasions only, and they wore embroidered dresses for the biggest celebrations of the year. All of this now belongs to the past. It’s official: take the current sartorial vocabulary and you’ll see that street style is nothing else than a long succession of it-things who are sold out seconds after their appearance on the web. Can everything be really explained by the snobbery of the current times, which itself could be linked to the anxiety and tense atmosphere? Or maybe this incessant need to stand out and be noticed is just a consequence of immoderate narcissism?

Balenciaga FW 17/18. Source: Vidapress

Swipe up, shop now

It’s evident that the whole fashion industry machinery is turning way too fast for us to make any sense of all the changes and events underpinning it. The whole phenomenon has been even more intensified by the growing importance of social media. When a simple share of a dress by an influent blogger is enough to make the product run out of stock, the message is loud and clear: it’s necessary to seize the moment. Designers are trying to find their own ways to seduce the new generation of clients whose attention span is usually limited to one Instagram story. It does not mean that the element of choc is prioritized over the quality of clothes or accessories, but it’s indisputable that we’re very far away from the minimalistic principles that used to prevail over the fashion world some years ago. The so-called millennials don’t actually care about minimalism now (with some rare exceptions, for example, when they want to create an ultra stylish working space); they are responsible for establishing new styling codes, the ones with absolutely no limits for expressing individuality and opinions. Simple T-Shirts and jeans don’t fall into this category, obviously. It’s not just a random coincidence that Gucci, the brand which was one of the first to introduce excess and hyper maximalist aesthetics into the fashion horizon, has been declared as the most sought-after brand of today, delivering impressive results and revenue. The creations of Alessandro Michele (creative director who brought Gucci back into the spotlight) represent what the fairytale looks like in 2017. However, one would be mistaken to think that only the adepts of excessive extravagance are entertaining themselves with these audacious ideas. You remain faithful to minimalism, only with spiky elements? Socks-heels courtesy of Balenciaga are obviously designed for you. You dream about being the center of attention everywhere you go? Your idol is Saint Laurent girl, who wears boots embroidered with 10,000 crystals. Extraordinary objects for banal occasions – this is the ultimate luxury now.

In the search of new functionality 

Another possible explanation for this trend is not so evident and lies in the fact that designers are trying to invent new forms of practicality. Sometimes this research proves to be very subversive, brutally “normal”, blatantly chocking. If we analyzed all the accessories that have recently gained a cult status, we would see that they cannot be reduced in any way to a simple definition of “accessories”: they act as an extension of clothes (literally) and personality (metaphorically). Pants-shoes by Balenciaga or Fendi, bag-glove by Stella McCartney, pouch bags worn as regular bags… These are only some of the elements of the multifunctional wardrobe. Do I need to remind the famous Balenciaga-Ikea bag? The famous blue bag becomes an object of admiration; ordinary objects are fetishized because of their accessibility. The ‘click bait’ trend whose sole goal is to capture attention and earn new clients has double meaning: sumptuous, untraditional objects seem to be a direct response to the main goal of fashion, which is inspire to dream and free oneself from the mundanity of daily life; on the other hand, forms that all of these new it-things are enveloped in question the very basic concepts of fashion, luxury and functionality. What possible answer to this dilemma? I’m required to go back to the question of individuality. Now, we are free to do as we like: wear luxurious dresses to the supermarket, dress in supposedly vulgar manner, associate the most incongruous colors together… And, in case we want to make fun of all this, we are free to do that as well. The designers give us all the tools. Fashion has never been so funny, and it’s not only for the likes.

Louis Vuitton SS 18. Source: Vidapress

La version française

Aujourd’hui, quand le côté visuel prime sur tous les autres critères (merci Instagram et Pinterest!), les designers se soucient de créer les objets susceptibles de générer la frénésie digitale. Des logos XXL, paillettes, broderies, silhouettes asymétriques… L’objet doit capter l’attention pour mériter une place dans notre garde-robe et notre feed. On croirait être arrivés à l’époque où la robe Gucci se porte aussi facilement qu’un simple T-Shirt blanc. Mais peut-on vraiment jeter l’extravagance dans la banalité?

L’extravagance, par définition, est le contraire de ce qu’on est habitué à voir au quotidien ; elle fait partie des fantasmes et des rêves les plus fous. Il fut un temps où porter un simple jeans avec les escarpins Manolo Blahnik en fuchsia relevait de l’extravagance la plus pure. En ces temps anciens, on réservait des pierres précieuses pour des « occasions spéciales » et on mettait les robes brodées pour les plus grandes fêtes de l’année. Mais tout cela appartient désormais au passé. C’est officiel: prenons le vocabulaire vestimentaire d’aujourd’hui et nous verrons que le streetstyle n’est qu’une longue histoire des objets fétiches, qui se vendent dans les secondes juste après leur apparition. Est-ce que tout peut vraiment s’expliquer par les angoisses et les snobismes de l’époque, par l’atmosphère tendue? Est-ce que le goût prononcé pour se faire remarquer est seulement le résultat du « narcissisme » immodéré ?

Prada FW 17/18 backstage. Source: Vidapress

Swipe up, shop now

On sait très bien que les rouages de l’industrie de la mode se tournent et changent particulièrement vite, et ils se sont surtout accélérés avec l’influence grandissante des réseaux sociaux. Quand un simple partage d’une robe chez la blogueuse influente suffit à épuiser un stock dans les dix minutes qui suivent, il faut impérativement savoir saisir l’instant. Les designers essayent de trouver leurs propres moyens de séduire les clients de la nouvelle génération dont l’attention se limite souvent à la longueur d’une Instastory – cela n’est pas pour dire que l’élément du choc prime sur la qualité des vêtements ou des accessoires, mais c’est évident qu’on est très, très loin des codes minimalistes qui dominaient la mode il y a quelques années. Les « milléniaux » se fichent du minimalisme (sauf si c’est pour décorer un studio très stylé) et sont responsables de la création d’un nouveau diktat du style ; celui sans aucune limite dans l’expression de l’individualité. Les T-Shirts simples et jeans ne tombent pas dans cette catégorie, évidemment. Ce n’est pas un simple hasard que Gucci, la marque qui était l’un des premiers à introduire l’excès et l’esthétique hyper maximaliste dans l’horizon actuel de la mode, soit déclarée par le site de Business Of Fashion la marque la plus convoitée du moment. Les créations d’Alessandro Michele, le directeur créatif de Gucci, sont dignes d’un conte de fées très à la mode de 2017. Mais on aurait tort de croire que ce sont seulement les adeptes d’extravagance excessive qui s’amusent avec les idées audacieuses. Vous avez toujours un goût pour le minimalisme, mais avec un coté piquant? Les chaussettes-chaussures pointues de Balenciaga sont évidemment faites pour vous. Vous rêvez d’être au centre de l’attention partout que vous êtes? Votre idole est la fille Saint Laurent, qui porte des cuissardes brodées de cristaux blancs. Des objets extraordinaires pour les occasions banales – c’est le luxe ultime.

 À la recherche de la nouvelle fonctionnalité

Une autre explication pour la tendance, beaucoup moins évidente, se trouve dans le fait que les designers cherchent à créer une nouvelle forme de praticité. Parfois elle s’avère très subversive, brutalement « normale », ouvertement choquante. C’est un jeu caché mais très intéressant: si on prend en compte tous les accessoires qui font du buzz actuellement, on verra qu’ils ne s’enferment en aucun cas dans le rôle d’accessoires : ils font l’extension d’un vêtement (réellement) et de la personnalité (métaphoriquement). Les pantalons-chaussures signés Balenciaga ou Fendi, le sac-gant par Stella McCartney, les pochettes, portées comme des sacs à main… Ce ne sont que quelques éléments d’une garde-robe multifonctionnelle d’aujourd’hui. A-t-on besoin de rappeler l’histoire d’un sac Balenciaga aux airs d’IKEA? Le fameux sac bleu devient l’objet de l’adoration ; on fétichise les objets ordinaires parce qu’ils sont proches et accessibles à tous. La tendance « piège à clics » dont l’objectif est d’attraper l’attention et de s’assurer de nouveaux clients, revêt une double signifiance : d’un coté, des objets somptueux semblent répondre à l’objectif principal de la mode, c’est-à-dire, faire rêver et aider sortir du quotidien ; d’autre part, les formes que ces accessoires prennent remettent en question les conceptions de la mode, du luxe et de la fonction. Quelle réponse à ce dilemme? On est obligés de revenir à la question de l’individualité. Maintenant, on est libres de tout faire : porter de luxueuses robes au supermarché, s’habiller de façon prétendument vulgaire, associer des couleurs les plus incongrues… Et si, au cas où, on veut se moquer de la mode, nous en sommes parfaitement libres – les designers eux-mêmes nous en donnent les moyens. La mode n’a jamais été aussi drôle – et ce n’est pas seulement pour les ‘likes’.

Fendi SS 18. Source: Vidapress

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *